Sélectionner une page

Le septième cercle

 

« Au milieu de notre vie, je me trouvais dans une forêt obscure…mais pour dire le bien que j’y ai trouvé, je parlerai des autres choses que j’y ai vues ». (Dante, la Divine Comédie : l’enfer : chant 1).

 « 7ème cercle » est inspiré par le chant XIII de l’enfer de DANTE et aussi par les illustrations que réalisa Gustave DORE pour l’édition Hachette de 1861.

Ce travail  n’aspire pas à une nouvelle illustration photographique de la Divine comédie mais demeure une très libre interprétation d’une toute petite partie de l’œuvre.

Dans la représentation dantesque de l’enfer, les damnés prennent toujours une forme humaine sauf dans le 7éme cercle où ils apparaissent sous l’apparence d’arbres.

«  Nous fûmes des hommes et maintenant nous ne sommes plus que des troncs… » (DANTE : la Divine Comédie : l’enfer chant XIII)

« Alors le tronc souffla fortement et le souffle se changea en ces mots …Lorsqu’ une âme féroce part  du corps d’où elle même s’est détachée, Minos l’envoie au 7éme cercle. Elle tombe dans la forêt  et aucun lieu ne lui est fixé : mais là où la fortune la jette, elle germe comme un grain d’épeautre : elle pousse en arbuste et en arbre sauvage… »( DANTE : la Divine Comédie : l’Enfer : chant XIII).

A l’ère des confinements, la vie aux abords d’une forêt obscure du MORVAN décuple les sensations et les ressentis du photographe en souffrance d’une liberté confisquée.

Dans cet univers de solitude et de possible fin des temps, si de surcroît,  l’homme se nourrit d’anciennes et mystérieuses lectures, il peut alors glisser vers un état proche de celui de la transe : pour ce qui me concerne, une sorte de transe photographique. C’est, je pense, ce qui m’est arrivé à certains moments lors de prises de vues dans la forêt.

 

Cette exposition « le septième cercle »  touche aux grands mystères de la vie terrestre  et au salut des âmes. Tout est question de croyance, d’espérance et de peurs.

C’est un voyage dans la forêt  pour d’étranges rencontres avec les arbres et l’ouverture vers l’éternel dans un espace de création infini, beau et terrifiant.

7ème cercle établit un parallèle entre l’expérience de l’artiste en  2020, le voyage dans l’au-delà que fit DANTE en 1300 et l’interprétation picturale de Gustave DORE au XIX siècle. C’est la mise en perspective temporelle d’une partie d’un texte littéraire universel, fondateur de la culture occidentale.

 Entre religion et mythologie, sens de la vie, salut des âmes et damnation éternelle… le texte de DANTE ouvre la voie au fantastique et à la poésie de l’image.

Dans ces photographies, chaque visiteur y trouvera sa propre interprétation et fera son propre cheminement.